Réminiscences

2009
Garde, 2009 et Ori, 2008 (2e plan) - Almuth Shöps Ancelle, 2008 et Tavolette, 2008 (2e plan) - Almuth Shöps Specchio magico (détail), 2008 - Almuth Shöps Sans titre, 2009 - Valeria Ercolani Sans titre (détail), 2006 - Valeria Ercolani Sans titre (détail), 2009 - Valeria Ercolani Ravenne en éclats, photographies de Tommaso Raffoni, 2009 Ravenne en éclats, photographies de Tommaso Raffoni, 2009 Ravenne en éclats, photographies de Tommaso Raffoni, 2009

Exposition « Réminiscences, Art millénaire – langage d’aujourd’hui »

La mosaïque se réclame d’une très ancienne tradition, d’une technique artistique venue du fond des âges, qui consiste à fragmenter les matériaux avant de les réunir pour obtenir l’image.
La technique a évolué constamment depuis l’époque mésopotamienne (3000 ans avant JC), traversant les époques grecque, romaine, byzantine, médiévale, renaissance, art déco…
Héritiers de cette tradition millénaire, les artistes d’aujourd’hui perpétuent l’art de la mosaïque tout en adaptant son langage à une expression contemporaine.
Une nouvelle fois, la mosaïque est à l’honneur cet été à Paray-le-Monial, avec la présentation de deux artistes féminines qui nous viennent de Ravenne, Almuth Schöps, allemande, et Valeria Ercolani, italienne.
Leurs œuvres, à la fois abstraites et émouvantes, sont exposées à la Tour Saint-Nicolas.

Almuth Schöps
Née en 1966 à Hambourg (Allemagne), Almuth Schöps s’est installée en Italie dès la fin de ses études secondaires, pour s’inscrire à l’Académie des Beaux-Arts, puis à l’école de restauration de Ravenne.
Passionnée par la recherche sur les matériaux et les techniques antiques, elle a participé à de nombreux travaux de restauration et de conservation de mosaïques romaines ou byzantines.
Dans ses créations personnelles qui sont présentées à Paray, Almuth s’échappe du passé pour couvrir des formes élémentaires et abstraites d’un dessin simple et nerveux. Dans ses oeuvres épurées, la matière a le premier rôle : la pierre, le plomb et le fer se mêlent à l’or ; et la tesselle, élément de base des mosaïques de tous les temps, s’échappe dans une trame rythmée pour devenir langage.
Les textures harmonieuses et infinies nous invitent à un regard méditatif, les stèles gravées de tesselles évoquent le codex d’une langue énigmatique et oubliée, réminiscence d’un dialecte universel.
Diplômée en arts visuels et arts du spectacle, Almuth Schöps a conçu elle-même la scénographie de ses œuvres dans l’exposition Réminiscences.

Valeria Ercolani
Née en 1969 à Alfonsine, près de Ravenne, Valeria Ercolani a suivi dans cette ville la formation de l’Institut d’Art Gino Severini. Elle a bénéficié de l’enseignement du célèbre mosaïste ravennate, Marco De Luca.
Avec une sensibilité délicate, Valeria Ercolani choisit des représentations abstraites mais de grande force expressive. Variations légères, rythmes tranquilles parfois rompus par une faille de matières chatoyantes… Valeria réinterprète avec fraîcheur et liberté le langage de la mosaïque. Comme sous le souffle d’un vent léger, les lignes se courbent, les volumes se creusent, les couleurs se fondent…
Reflétant blessures de l’âme ou pensées radieuses, mêlant sérénité de la vie et trouble des certitudes, ses mosaïques nous émeuvent, réminiscence de nos paradoxes intimes.

Exposition « Ravenne en éclats »

En écho à « Réminiscences », « Ravenne en éclats » présente des photographies de Tommaso Raffoni.
Né en 1976 à Ravenne, Tommaso a suivi un master de Medias, art et communication avant de se former à la photographie pour le domaine des arts.
Il vit et travaille à Ravenne, principalement dans le secteur touristique et archéologique. Il est par ailleurs enseignant en photographie numérique.
L’exposition « Ravenne en éclats » présente un voyage à travers les détails de mosaïques : mosaïques byzantines de Ravenne et mosaïques contemporaines du ravennate Paolo Racagni. Ces séries de photos ne doivent pas être regardées comme des documents révélant la complexité d’une technique mais bien comme des créations artistiques originales.
Avec l’œil de son appareil, Tommaso voyage à la surface des mosaïques, il se concentre sur les éléments qui l’attirent pour en donner sa représentation esthétique ; ainsi s’offrent à nous des images fragmentées mais complètes qui nous parlent de matériaux, de surface, de couleurs et de formes, observés à tour de rôle pour ensuite être recomposés par notre regard.

Lors du vernissage, nous noterons la performance électro-acoustique de M. Jean-Paul Merlin, d’Esox-Lucius, spécialement créée pour le thème de l’exposition.

Rencontres
En prolongement du vernissage, ont eu lieu le samedi 4 juillet 2009 les interventions des mosaïstes Almuth Schöps et Valeria Ercolani, de Silvia Stogni présidente du syndicat des guides de Ravenne et de Patrick Macquaire, directeur de l’association des 3R de Chartres qui nous a présenté son nouveau livre « Le quartier Picassiette ».

Plan du site | | mentions légales|||